Kizuna Japon

Kizuna Japon

◆ 2013/3/11

福島を想う Remember Fukushima:映像の上映、スピーチ、ディスカッションなど、漫画、折り紙のアクティビティあり。
日時:3月11日(月)午後4時から8時
場所:Burritoville (2055, rue Bishop)
『Amateur Riot」上映予定。 監督フランクリン ロペスも来てスピーチします。 マギル大学の東アジア科主催。参加無料。

A Paris, une chaine humaine

A Paris, une chaîne humaine pour réclamer l’arrêt du nucléaire

9 mars 2013

Les milliers de manifestants ont encerclé des «lieux de pouvoir» qui contribuent à promouvoir l’énergie nucléaire, comme l’Assemblée et le Sénat, des ministères, les sièges d’EDF et d’Areva et des banques.

Plusieurs milliers de personnes (20.000 selon les organisateurs, 4.000 selon la police) ont formé une vaste chaîne humaine, samedi dans Paris, pour réclamer l’arrêt du nucléaire civil et militaire en France, deux ans après la catastrophe de Fukushima.

Aux cris de «Fukushima, plus jamais ça», les manifestants, vêtus pour la plupart de gilets fluos jaunes et dont beaucoup étaient venus de province, se sont déployés à partir de 18 points de ralliement pour former une longue chaîne humaine allant du quartier de la Défense au ministère de l’Economie.

[Article Tronqué]

Lire l’article au complet: http://www.liberation.fr/terre/2013/03/09/une-chaine-humaine-a-paris-pour-reclamer-l-arret-du-nucleaire_887425

le CNRS tait la verite

Fukushima : le CNRS tait la vérité et domestique les masses

Par: Thierry Ribault, 16/01/2013

[Article Tronqué]

« Domestiquer les masses  »

A Fukushima, selon le même dossier, «  une zone rouge de 20 km a été délimitée, dans laquelle le gouvernement travaille à la dépollution : nul ne sait quand les quelque 110 000 habitants seront autorisés à rentrer », sans que soit fait mention des vastes zones inhabitables situées à 40 km de la centrale et bien au-delà, et sans que soit rappelé que le critère de définition de la zone de migration obligatoire a été fixé à une dose de 20 millisieverts par an, soit quatre fois plus qu’à Tchernobyl et vingt fois la norme internationale d’inacceptabilité.

La fameuse «  non-imposition des valeurs  », à laquelle faisait référence Max Weber dans sa conférence de 1917, « La science, profession et vocation » (si chère à certains chercheurs du CNRS qui, récemment réunis en colloque, l’y revendiquaient encore), ne s’est, de fait, pas imposée dans l’élaboration de ce dossier sur le nucléaire, destiné plutôt, comme dirait Weber lui-même, à «  domestiquer les masses  ».

Ce que le dossier du CNRS se devait d’établir concernant le désastre de Fukushima, et que ses exécutants académiques ont choisi de ne pas dire, je souhaite le dire aujourd’hui après bientôt deux ans de travail sur place.

Fukushima  : les silences du CNRS

Le désastre de Fukushima, c’est une diffusion de césium 137 dans l’atmosphère 500 fois plus importante qu’à Hiroshima, d’après le physicien artisan du nucléaire japonais Anzai Ikuro. C’est aussi, selon le Norwegian Institute of Air Research, la plus grande émission de gaz rare xénon 133 connue en dehors des essais nucléaires : plus de deux fois les émissions de ce gaz à Tchernobyl. C’est aujourd’hui, selon TEPCO, une activité de 10 millions de becquerels en provenance de la source Fukushima Daiichi relâchés à chaque heure.

C’est un tiers du département de Fukushima contaminé à un taux supérieur à 37 000 becquerels par mètre carré (pour le seul césium 137), et au moins treize départements contaminés, le tout représentant 8 à 10% du territoire japonais.

C’est 1 532 barres de combustible de 300 kg et de 4 mètres de long chacune, stockées dans la piscine du réacteur n°4, au cinquième étage d’un bâtiment qui menace, à la première secousse, de s’effondrer, suscitant ce commentaire laconique du Pr. Hiroaki Koide, spécialiste des réacteurs à l’université de Kyoto : « Ce serait la fin ».

Le 4 janvier 2013, le Pr. Koide reconnaît dans un entretien qu’il nous a accordé qu’«  il existe une marge de manœuvre, car selon TEPCO, si la piscine du 4ème réacteur s’effondrait, ou même si toute l’eau de refroidissement s’échappait, tant que la disposition des barres n’est pas modifiée, la température peut monter jusqu’à 170°C ».

100 000 habitants de Fukushima qui ne peuvent pas partir […]

 

Pour lire l’article au complet: http://www.rue89.com/rue89-planete/2013/01/16/fukushima-le-cnrs-tait-la-verite-et-domestique-les-masses-238627

imposture scientifique

Fukushima : voici venu le temps de l’imposture scientifique

Par: Thierry Ribault, 11/09/2011

Ce week-end, un colloque scientifique factice ; à l’automne, une enquête de santé publique pipeautée…

Après le temps des mensonges industriels, avec Tepco dans le rôle du coupable idéal, après le temps de la panique feinte de l’Etat, avec l’ex-Premier ministre Naoto Kan dans le rôle du fusible politique, voici venu le temps de l’imposture scientifique avec le professeur Shunichi Yamashita dans le rôle du savant histrionique, détenteur indiscutable de la vérité sur l’ampleur des dégâts sanitaires après la catastrophe. Imposture scientifique en deux temps.

Ce week-end, un colloque scientifique factice

Ce dimanche 11 et lundi 12 septembre, le professeur Yamashita doit présider le premier grand colloque sur la catastrophe nucléaire qui se tiendra à la faculté de médecine de Fukushima, la « Conférence internationale d’experts de Fukushima – Radiation et risque sanitaire ».

Selon le comité d’organisation, voici l’objectif de cette conférence qui réunira trente experts japonais et étrangers notamment de l’UNSCEAR, de l’ICRP, de l’AIEA et de l’OMS :

« Faire des recommandations visant à supprimer l’anxiété des résidents de Fukushima face à la radiation […]. Il s’agit de mener une évaluation externe de la recherche portant sur la gestion sanitaire du département de Fukushima, et d’apporter une réponse à l’inquiétude des mères. »

Ainsi, vingt-cinq ans après Tchernobyl, resurgit la thèse selon laquelle la crainte de l’irradiation artificielle relèverait de la psychiatrie : la « radiophobie » serait la vraie cause des problèmes.

« Plus vous sourirez, moins la radiation vous atteindra » […]

Pour lire l’article au complet: http://www.rue89.com/planete89/2011/09/11/fukushima-voici-venu-le-temps-de-limposture-scientifique-221364

Human Chain in Ottawa, Canada

Mr. Philippe H. Bouchard would like to share an event:

“Their is a Human Chain in Ottawa Saturday 9th on Parliament Hill, 111 Wellington Street, Ottawa, Ontario, It start at 1:30 p.m. and we will walk towards the Canadian Nuclear Safety Commission on 280, Slater Street to talk about nuclear issue and ask our goverment to take action in order to stop nuclear power now in Canada and in the World.”

Look at this link on Facebook for more info https://www.facebook.com/events/589635261051912/permalink/619503251398446/?notif_t=like

Chaîne humaine à Ottawa, Canada
M. Philippe H. Bouchard annonce un événement :

« Ce samedi 9 mars 2013, nous organiserons une chaîne humaine sur la Colline du Parlement (111 rue Wellington, Ottawa, Ontario) à partir de 13 h 30. Nous marcherons vers la Commission canadienne de sûreté nucléaire (280 rue Slater), où nous discuterons de la question nucléaire et demanderons que le gouvernement prenne des mesures pour cesser l’utilisation de l’énergie nucléaire au Canada comme dans le monde entier.

Suivre le lien Facebook ci-dessous pour plus d’informations:
https://www.facebook.com/events/589635261051912/permalink/619503251398446/?notif_t=like